un fossé intergénérationnel qui impacte l’entrepreneuriat et l’innovation

Un article intéressant sur le fossé intergénérationnel qui impacte l’entrepreneuriat et l’innovation : 

"La France qui innove a trente ans de moins que celle qui nous dirige", de Marc-Arthur Gauthey, entrepreneur et membre du collectif Ouishare,paru dans le Point du 2 juin 2014 http://www.lepoint.fr/technologie/la-france-qui-innove-a-trente-ans-de-moins-que-celle-qui-nous-dirige-02-06-2014-1830164_58.php


Je m’arrêterai sur ce passage : "Mais dès l'instant où entreprendre signifie innover, cela implique de remettre en question de modèles existants. Et c'est là que le bât blesse. Au cours des mois écoulés, nous avons vu les acteurs de l'innovation entrer en conflit avec un monde plus conservateur."


Effectivement, quand on entreprend et qu’on arrive avec une idée innovante, des boucliers d’une partie des anciennes générations se lèvent car certains raisonnent encore sur les anciens modèles, pensant que là où on va - quoi qu’il arrive - développer du collaboratif, du lien et des interconnexions nouvelles, de telles entreprises vont forcément « faire ce qui existe déjà » (donc vues comme « inutiles ») ou alors prendre d’office la place des « anciennes entreprises ». Mais, avec ou sans l’arrivée de ces nouvelles entreprises innovantes, un grand nombre d’anciennes entreprises (dont la plupart aux mains d’une majorité de messieurs d’un certain âge) seront de toutes façons condamnées à périr !

Alors, oui, les anciennes générations doivent aussi laisser leur juste place aux nouveaux entrepreneurs ! Il faut aussi laisser sa juste place à l’innovation des nouvelles générations !


Au lieu de confrontations stériles entre les « anciens hyper-conservateurs » et les entrepreneurs de la nouvelle génération hyper-connectée et ouverte au monde, la solution ne serait-elle pas de promouvoir et consolider les liens intergénérationnels de manière à allier la connaissance, la maturité et la distance des générations aînées au dynamisme, à l’interculturel et à l’agilité des jeunes générations ?

 

Je pense que c’est à ce prix que la « culture d’entreprendre » appelée par Marc-Arthur Gauthey, l’auteur de l’article, pourra éclore notamment en France.

 

Christèle Lafaye

http://www.associations-sansfrontieres.com/

15 aout 2014

Écrire commentaire

Commentaires : 0