L'Etat offre un ministère à l'ESS, enfin !

Il aura fallu attendre 2012 pour que l'économie sociale et solidaire (ESS) ait son propre ministère : une première en France.


L'ESS est donc officiellement liée à l'économie : enfin un pas en avant important !

 

- Nous ne sommes donc plus à part, nous faisons partie de l'économie : ça c'est une vraie reconnaissance.


- De plus, le ministre délégué à l'ESS, Benoît Hamon, parle dès les 1ers jours de la vocation de son ministère « à travailler avec les autres ministères[1] » : le ministère du redressement productif, de la vie associative, du travail et les affaires sociales : voilà, c'est bien ça, cette économie-là est en lien avec les dimensions économiques et sociales de la politique d'un pays.

 

Les acteurs de l’ESS, porteurs de cohésion et d’innovation sociale, d’une autre manière d’entreprendre, méritent une politique publique qui prenne en compte les enjeux de l’ESS, la soutienne et porte son développement.

 

Toute l'ESS a le regard rivé vers ce tout nouveau ministère que l’on suivra pas à pas et dont la feuille de route devrait être guidée par 3 missions essentielles :

1- élaborer et porter une loi de programmation et d’orientation sur l’ESS[2],

2 – suivre, anticiper et se caler avec la nouvelle vague d’entrepreneuriat social de l’Union européenne[3]

et 3- donner un nouveau souffle au secteur associatif [4] (qui, rappelons-le, représente ¾ de l’ESS en nombre de structures et de salariés).

 

A suivre donc

 

Christèle Lafaye

www.associations-sansfrontieres.com



[1] L'économie sociale, "ça marche et ça crée de l'emploi", estime Benoît Hamon, le Nouvel Observateur, 22 mai 2012 http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120522.AFP6889/l-economie-sociale-ca-marche-et-ca-cree-de-l-emploi-estime-benoit-hamon.html

[2] Sans oublier la représentation des organisations patronales de l'ESS dans le dialogue social et le volet fiscal de ce secteur.

[3] Initiative sur l’entrepreneuriat social, communication de la Commission européenne du 25 octobre 2011, proposition de règlement sur le changement et l’innovation social/e du 6 octobre 2011.

[4] Interview de Benoît Hamon, RTL, 18 mai 2012. « […] dans les problèmes laissés par la majorité précédente […] il n’y a qu’à voir la façon dont le secteur associatif a été totalement étranglé »

http://www.benoithamon.fr/2012/05/benoit-hamon-ministre-delegue-a-leconomie-sociale-et-solidaire-cest-un-honneur-detre-un-ministre-de-la-republique/

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Antoine SONDAG (mardi, 29 mai 2012 06:25)

    Je ne crois pas que ce ministère de l'ESS soit une première, dans les années 80 il devait y avoir une délégation d'abord, et ensuite un secrétariat d'Etat sur ce sujet ! D'un côté, je me réjouis que ce ministère de l'ESS mette en lumière cette réalité importante et sympathique qu'est l'ESS. D'un autre côté, la création et l'intitulé des ministères devraient échapper aux effets de mode et d'affichage. A titre personnel, je préférerais une liste close de ministères, et de plus, une liste assez courte !

  • #2

    Associations Sans Frontières (mardi, 29 mai 2012 16:18)

    Effectivement Antoine, tu as raison de souligner qu'il y a déjà eu par le passé, outre un secrétariat d'Etat dédié, des délégations interministérielles à l'économie sociale (selon la période DIES, DIIESES, qui se sont "promenées" au gré des alternances dans plusieurs administrations). Cependant, avec ce ministère délégué à l'ESS, l'innovation est d'utiliser les termes ministère, ESS et de rattacher cet ensemble directement à l'économie et aux finances. En pleine période de crise, c'est assez remarquable d'associer l'ESS à l'économie; dans ce sens, c'est un signe fort : l'ESS est ainsi déclarée au coeur de notre économie.